PrincesseTorchon

une princesse au foyer entre crise de nerf et crise de rire

19 avril 2011

Cachez ces larmes que je ne saurais voir...

 Comme je l'ai évoqué très rapidement dans l'article précédent, je viens d'avoir un enfant. Mon troisième donc. Après Fléau de Dieu et Catchours1, j'ai donc mis bas donné naissance à une Micropépette. Je passerai sur la grossesse qui aura ressemblé à une gastro géante -perte post accouchement de 14 kg par rapport au poids d'avant- et à l'accouchement plutôt chouette -que quand même ça fait mal putain de merde-. Ce qui m'intéresse aujourd'hui c'est l'après. Pour mes deux premiers enfants j'ai vécu ce que, à l'instar de tous les magasines débiles qui peuplent les salles d'attente du gynéco, nous appellerons le baby-blues. Bouleversement hormonale quelques jours après l'accouchement qui se traduit chez moi par 24h de larmes. Je ne m'attendais donc pas à vivre autre chose que ça et j'attendais avec impatience d'être débarrasser de cette petite déprime.


baby

 

Sauf que rien ne s'est passé comme je m'y attendais. La déprime a pointé le bout de son nez de morue une semaine après la naissance puis elle a décidé de rester bouffer. Et finalement de squatter le canapé. Les jours se sont enchaînés et ça ne s'est pas arrangé. Crises de larmes et d'angoisse se sont tenus la main avec l'impression d'être une mauvaise mère et que j'avais commis une grave erreur en me pensant capable de gérer trois enfants de moins de six ans. Je me suis rendue compte que j'avais honte de me sentir si mal. Pourtant je milite depuis longtemps pour qu'enfin les problèmes psy -comme la dépression- soient enfin considérés comme des maladies. Ni plus, ni moins. Qu'enfin on trouve normal d'aller voir un psychologue quand on en a besoin, parce qu'on trouverait débile de ne pas aller chez le dentiste -brrr je hais le dentiste- si on a mal aux dents et que finalement c'est pareil. Bref j'étais plutôt ouverte sur la question. Et concernée puisque j'ai fait un séjour en clinique psy lorsque j'avais quinze ans.

Malgré tout j'ai eu honte. Puis j'en ai parlé à mes proches et j'ai fait la démarche d'aller voir une psychologue. Début de dépression post-partum. Je sais qu'il va falloir un peu de temps pour aller vraiment mieux mais je sais aussi que j'ai beaucoup de chance. Je suis entourée par des gens intelligents qui me soutiennent et comprennent à peu près la situation. Alors je me questionne. Comment font les autres ? Celles qui n'en parlent pas ou que l'on entend pas. Celles pour qui la honte et plus forte que leur confiance aux autres -et parfois à raison-. Chaque jour on nous submerge d'images de femmes épanouies par la grossesse et la maternité, des femmes qui n'ont pas le droit d'aller mal, pas le droit d'être en souffrance. Alors que c'est une question de santé publique que la souffrance des mères, on répare, on colmate mais on ne prévient pas. L'isolement moral et parfois physique des mères de famille ne préoccupe pas les politiques mais une maman qui plonge et c'est toute la famille qui est en danger. Alors parlons-en. Parlons de la dépression post-partum et osons dire qu'on peut haïr la grossesse. Osons admettre qu'un accouchement peut parfois être un traumatisme grave, qu'on peut être épuisée, fatiguée et ne plus supporter ses enfants. Osons reconnaître que ces douleurs existent parce que dire c'est déjà guérir un peu.

1 – Surnom fait de la contraction de « Catcheur » exprimant le côté brute épaisse du môme et de « Nounours » pour son côté très câlin genre – quand tu glandes dans le canapé- à te poser les pieds sur les genoux et attendre, véridique, que tu lui masses les petons. Mais bien sûr...

Posté par princessetorchon à 09:00 - Casserole : la princesse au quotidien - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    J'ai connu. Je savais pas ce que c'était, j'ai pas osé en parler, ça a traîné, traîné, pour finir en anorexie (guérie depuis, heureusement). Le fait d'en parler, c'est un premier pas vers la guérison. Courage.

    Posté par Babeth, 19 avril 2011 à 22:11
  • REPONSE

    @ Babeth : la chance que j'ai c'est que j'ai pu être prise en charge tout de suite (ma fille va à peine sur ses deux mois) et je pense que ça change tout. En tout cas c'est triste de voir le nombre de femmes que ça touche et qui n'ont pas d'aide assez tôt voir pas du tout...

    Posté par FrauTorchon, 19 avril 2011 à 22:28
  • Oui, c'est une grande chance. De mon côté la (belle)famille a préféré se voiler la face et j'ai vraiment culpabilisé. Heureusement, j'ai eu un super médecin traitant qui m'a vraiment écoutée.

    Posté par Babeth, 20 avril 2011 à 23:04
  • oui ce n'est pas évident, moi j'ai mis 2 ans à consulter après bébé3...
    bon courage

    Posté par zeb, 23 avril 2011 à 21:59
  • REPONSES

    @ Babeth : Quand l'entourage n'assure pas c'est vrai que c'est beaucoup plus difficile... Parfois le médecin traitant est un bon interlocuteur pour ce genre de soucis parce que savoir à qui en parler est toujours un peu compliqué.

    @ Zeb : J'ai beaucoup de chance d'être déjà prise en charge, moins de deux mois après l'accouchement. Pour le moment je ne cherche pas à "péter la forme" mais je fais un pas après l'autre. Doucement. Biz

    Posté par FrauTorchon, 26 avril 2011 à 08:53
  • depression_sortons du tabou

    Peu après mon accouchement, j'ai lu un article dans un magasine religieux, où on parlait de la dépression post partum. Cet article, ça a été un soulagement pour la croyante que j'étais : Enfin on parlait de maladie, enfin on disait "bien sur la prière vous aidera à sortir de cette épreuve, mais la première chose à faire c'est consulter un médecin", et enfin on disait que la dépression et la déprime c'est deux choses différentes. Dans cet article, on disait que la dépression post partum était une sorte de voleur qui venait dérober les joies de la maternité dans la nuit. C'est un peu la façon dont je l'ai vécu. Je suis heureuse d'avoir été informée, parce que dans mon cas un simple traitement d'un mois a réglé le problème.

    Posté par la sorcière, 26 avril 2011 à 21:27
  • Je viens d'être diagnostiquée depressive post-natale 3 mois et demi apres mon accouchement. Après être passée par la PMA pour avoir un petit bout de choux, je tombe dans ce nouveau combat et j'ai peur.
    J'ai besoin de mots de soutien, d'être guidée, de partager mon expérience.
    http://gobonheur.canalblog.com/
    Ravie de voir que tu t'en es sortie. Qu'est ce qui t'a aidé, as tu des pistes ? Je lance un appel à l'aide, je me sens si mal.

    Posté par green, 29 septembre 2012 à 15:44

Poster un commentaire